ASHLAND / SHELTER COVE

ASHLAND / SHELTER COVE

Première semaine dans l’Orégon. C’est…comment dire…super monotone !

Une fois entré dans ces forêts de conifères (le pin de l’Oregon ou Douglas), tu marches comme un automate. La vue est souvent bouchée, les arbres faisant entre 60 à 80 m de haut pour une circonférence de 2 m pour les plus beaux spécimens. Le matin ça va, mais l’après midi c’est presque un peu fastidieux. Les kilomètres se suivent et se ressemblent. On ne se voit pas avancer et on avale le dénivelé sans trop de peine. Faut dire que maintenant j’ai les mollets affutés… Je dis « on » parce que j’ai rattrapé Mika ! Normalement on va faire un bout de chemin ensemble jusqu’à Cascade Locks la frontière avec l’état de Washington.

GROSSE CADENCE

C’est vrai qu’on avance assez vite dans l’Orégon. En 6 jours j’ai fais à peu près 300 km avec autant de dénivelé positif que de négatif (7 600m chacun). L’avantage des forêts, c’est qu’on marche à l’ombre parce que les températures sont super chaudes. Les cours d’eau sont pratiquement à sec sur cette portion du PCT (là, même pas peur pour traverser !). D’ailleurs on s’est fait piégé. On le savait pourtant mais on ne réalisait pas vraiment. Et dans ces cas là quand tu n’a plus d’eau pour assurer le minimum vital (hydratation et bouffe) et ben tu marches jusqu’à ce que tu trouves de l’eau !!

Ce jour là on a fait 57 km.

Pourtant la forêt nous laisse voir de temps en temps plusieurs gros lacs, mais le chemin ne passe pas forcément tout près. L’un des plus beau c’est Crater Lake, alimenté par la pluie et la neige, c’est le lac le plus profond des USA (592m). Il résulte de l’éruption et de l’effondrement du Mont Mazama il y a très très longtemps… d’autres lacs comme le Miller, le Diamond, le Crescent ou le Summit lake font de magnifiques cartes postales. Et quand on passe près d’un lac c’est obligatoirement, baignade quelque soit l’heure ! Ça c’est les vacances !

ZZZZzzzzZZZZzzzzz

Mika et moi ne sommes pas seuls. Figurez vous qu’on s’est faits plein de nouveaux amis, qu’on peut même qualifier d’intimes ! Des hordes de MOUSTIQUES ! C’est l’horreur, on ne peut même pas faire nos besoins tranquillement sans se faire littéralement bouffer. La moustiquaire de tête est obligatoire la journée et malgré la chaleur c’est pantalon et manches longues. Là aussi je me suis fais avoir – Gene m’avait pourtant prévenu : dans tous les commentaires sur cette partie du PCT, le héros c’est LE MOUSTIQUE! Dès que j’ai pu, j’ai acheté du répulsif mais les stocks disponibles sont pris d’assaut par tous ceux qui osent se balader dans ces forêts…

UN PAYSAGE TOUT EN MONTAGNES

Nous sommes passés pas très loin (c’est vite dit) de quelques sommets emblématiques :

  • le Mont Mc Loughlin (2894 m),
  • le Mont Thielsen (2799 m),
  • le Diamond Peak (2665 m),
  • le Mont Bailey (2553 m).

Ce sont tous d’anciens volcans qui appartiennent à la chaîne des Cascades qui remonte jusqu’en Colombie Britannique au Canada. Leur altitude ne casse pas trois pattes à un canard mais ils animent le paysage d’une jolie façon. Il faut savoir que le point culminant du PCT en dehors de la Californie est de 2300 m, d’ailleurs je l’ai passé sans m’en apercevoir !

CÔTE FORME

Au niveau de la machine humaine, j’ai les genoux un peu sensibles. Mes rotules commencent à se rebiffer. J’ai aussi des espèces de vésicules sur le dos des mains : « allô docteur qu’est ce que c’est ? » Chaleur ? Moustiques ? Mais bon, çà n’est rien à côté de cette fille qu’on a croisé et dont les jambes étaient recouvertes de piqûres de nos amis intimes, un vrai massacre…

Au niveau du matos, j’ai bien fais d’acheter une paire de chaussures plus légères, celles de rando ont rendues l’âme la bouche ouverte! Il faut dire qu’elles ont fait la Sierra! Je les portes depuis Kennedy Meadows, ça fait donc quelques bornes ! J’en suis à ma troisième paire de chaussettes de marche. Mon sac à dos a eu droit à quelques opérations Seam Grip (c’est de la colle pour ceux qui ne connaissent pas). La tente tiens le coup ainsi que le duvet…mais lui il va avoir besoin d’un bon nettoyage parce que malgré tous mes bons soins il fouette un peu !

On s’arrête une nuit en camping à Shelder Cove qui se trouve sur les rives du lac Odell (14,5 km carré de superficie), lieu de villégiature et de pêche. On reprend la route direction Olalie Lake dans environ 6 jours.

For the pictures, I don’t really know that much…Maybe at Cascade Locks… I hope everyone is enjoying a good summer vacation..A+

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *