CHESTER / DUNSMUIR

CHESTER / DUNSMUIR

Environ 272 km en 7 jours (40 km/jour) ! Grosse étape jalonnée d’arrêts bivouac sympathiques qui traverse des zones particulières comme le Hat Creek Rim ou le Lassen National Park. Elle porte nos pas vers le Mont Shasta qui va être le point de mire jusqu’à Dunsmuir.

Stop à Drakesbad Guest Ranch : l’un des meilleurs restaurant pour thru-hikers du PCT parait-il ! Buffet a volonté pour une somme modique. Il faut dire que la bouffe est un des sujets de conversation récurrent parmi la communauté des marcheurs. Avant l’arrivée au Ranch il y a un grand lac d’eau chaude. Moi je vais plutôt tester la piscine d’eau chaude du ranch, c’est pas mal pour détendre les muscles!! J’ai été invité à manger par un couple de San Francisco à la retraite et dont le monsieur a fait le PCT en 2015. Quand 2 PCTistes se rencontrent et ben…ils se racontent des histoires de PCT !!!  On est même attendu Gene et moi chez eux en octobre!

LASSEN NATIONAL PARK

On se trouve dans le Lassen National Volcanic Park caractérisé par ses paysages… volcaniques ! Trop beau ! Dominé par le Mont Lassen, volcan devenu célèbre par son éruption de 1915 générant deux puissantes explosions latérales qui ont donné naissance à la Devastated Area : une vallée et une plaine désolées recouvertes par des débris volcaniques. Lieu mythique pour certains Amérindiens, dont il est le centre du monde et le lieu de vie de nombreux esprits.

Stop près de Old Station : arrivés après 16h tout était fermé, le petit bureau de poste comme la petite épicerie. Du coup on poursuit un peu sur le chemin et ce soir nous faisons un bivouac-cowboy (on ne monte pas les tentes) : on dort à la belle étoile. Là, nous avons rencontrés des français qui habitent la Californie depuis 3 ans et qui nous ont ravitaillé en fruits et légumes frais (encore une histoire de bouffe !). Le monde est petit…

Les gens sont généreux et enthousiastes. Un des plaisirs de la marche : des rencontres improbables et pleines de richesses. D’ailleurs Dan est resté plus longtemps à Drakesbad Ranch du coup j’ai fait la connaissance de Mika (un Suisse) et nous poursuivons ensemble. Il parle français donc tout de suite les échanges prennent une autre dimensions !!  Le coucher du soleil est magnifique sur le Lassen Park.

HAT CREEK RIM (penser au chapeau!)

Départ du bivouac à 4h30 du matin. Aujourd’hui on va affronter le Hat Creek Rim, c’est l’un des tronçons le plus sec et aride du PCT, sans point d’eau bien sûr ! Donc des conditions quasi désertiques sur presque 50 km et des températures qui frôlent allégrement les 36/38° à une altitude de 1300m. Ce grand plateau a subit un incendie en 2009 et la végétation n’a pas eu le temps de se régénérer pour procurer de l’ombre. D’où notre départ ultra matinal. Je ne vous parle plus du poids du sac chargé d’eau ! Le chemin longe une falaise sur des kilomètres mais la vue est splendide entre le Mont Lassen (3189m) au sud et le Mont Shasta (4322m) au nord; tous les deux encore enneigés.

La nuit a été chaude et étoilée, la voute céleste d’ici me fait un peu penser à celle des Andes dans l’Atacama, la pollution lumineuse est quasi absente.

Aujourd’hui redescente du Rim avec un passage à Burney Falls, chutes hautes de 35 m. Roosevelt les appelait « la huitième merveilles du monde ». Moi j’ai trouvé ça bof, les cascades de la Sierra étaient bien plus impressionnantes. J’ai fait une rencontre magique et super rare, dans les taillis j’ai vu un animal avec un pelage brun, mais ce n’était pas un daim parce que je distinguais une longue queue…En fait c’était un couguar ou puma ! Ouah !! Impressionnant le gros chat : ça peut peser jusqu’à 70 kg ces peluches ! Et avec des pointes de course à 70km/h sur des courtes distances. Je n’ai pas vu sa tête, il a du percevoir ma présence par mon odeur peut être !!! Il s’est carapaté dans la forêt. Je faisais un peu plus de bruit en marchant après cette rencontre. Ce genre de félin attaque parfois l’homme et je n’avais pas trop envie de servir de repas à quelques prédateurs affamés !!

LA DENSITE DES HIKERS AU FIL DU TRAIL

Au bivouac du soir j’ai retrouvé Andreas et Anna, deux allemands avec qui Stéphane et moi avions commencé le PCT. Ils ont shunté la Sierra pour redescendre maintenant vers le sud, on les appelle des « south bound ». A mon avis vu la quantité de neige cette année, ils risquent d’en trouver encore au début du mois d’août quand ils atteindront la Sierra. Et puis moi ce n’est pas la neige qui me ferait peur mais plutôt la fonte et la violence des cours d’eau!!!

J’ai remarqué que la communauté des PCTistes diminuait. On rencontre beaucoup moins de hikers qu’au début. Je serais curieux de savoir combien de permis ont été délivrés pour faire la totalité du trail cette année ? En 2016 il y a eu 3164 « north bound permit » de donnés au départ de Campo et 702 ont fait le PCT dans sa totalité (north et south bound confondus).

Par contre qu’est ce qu’il y a comme casques blancs (les retraités)!! Même s’ils ne font pas le PCT, ils déboulent souvent par groupes au détour du chemin.

Sinon quelque nouvelles de ma carcasse : j’ai des ampoules qui réapparaissent, je pense que c’est la chaleur. Le soir j’ai les chevilles et les pieds enflés (encore la chaleur !). J’ai tellement maigri que le gras (ou les muscles ?!) qui me servaient de coussin au niveau des épaules ont disparu et les sangles du sac sont plus mordantes. J’ai toujours le tic tac dans la tête mais je vais y arriver au bout de ce chemin!! Comme pressenti je suis à Dunsmuir un dimanche donc pas de coiffeur…

Et pas d’endroit pour transmettre mes photos, vous risquez d’être noyés sous les images quand je pourrais le faire, oups!!

Départ demain pour Etna, j’espère que vous avez tous passés un super long week-end du 14 juillet!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *